Chapitre 1 : Un atterrissage mouvementé

Jour 1 (21/06/2015) :

5h30 (FR) – Départ de Lons le Saunier avec Joe la taxi.

7h30 – Enregistrement. 2 kilos de trop dans chaque bagage… Moral : -20%. Nous ouvrons les valises et revêtons pulls et manteaux d’hiver. Enregistrement OK.

À l'aéroport de Lyon

Aéroport de Lyon. Peu avant le départ

 

10h – Décollage de l’aéroport de Lyon sur Air Transat.

12h (QC) – Après 8h de vol, arrivée à Montréal.

12h45 (QC) – Contrôle des passeports, Angélique n’ayant pas encore reçu sa lettre d’introduction pour le PVT, nous sommes dirigés vers le bureau de l’immigration.

Après une attente angoissée, l’agent des douanes nous explique qu’Angélique ne peut pas rentrer sur le territoire canadien car sa demande de permis de travail en cours annule son droit à un visa de tourisme (pas vraiment de logique la dedans, mais soit…). Devant notre incrédulité et notre détresse, il nous invite à nous installer dans la salle d’attente le temps qu’il étudie avec sa hiérarchie ce qu’il peut faire pour nous. Moral -95% Une demi-heure plus tard et après avoir étudié les pires scénarios, nous sommes rappelés au bureau, où le douanier accorde à Angélique un visa temporaire de 15 jours. Moral : +70%. Nous devons néanmoins quitter le pays avant le 4 juillet avec l’impossibilité d’y retourner sans la maudite lettre.

Nous récupérons nos bagages sans encombre et quittons l’aéroport Montréal-Trudeau dans notre voiture de location (Chevrolet Sonic).

15h – Arrivée chez nos hôtesses montréalaises Patricia et Aurélie. Super accueil. Moral : +20%.

Arrivée chez Patricia et Aurélie

Fin de journée – Balade sur la rue Jean Talon. Visite de notre premier « véhicule ». Le WV repéré depuis la France. Belle machine mais des doutes en matière de fiabilité et un prix un peu trop élevé l’écartent de la course.

Les fleurs du marché Jean Talon

Engin mythique

 

 Jour 2 (22/06/2015) :

13h – Achat d’un smartphone avec numéro et forfait canadien chez Koodo.

17h – Visite de notre seconde voiture (Honda Odissey). Éliminée car les sièges ne se rabattent pas complètement.

Reste de la journée passée à travailler.

  •  Jour 3 (23/06/2015) :

11h – En allant vers notre voiture de location garée devant notre logement, nous remarquons un papier inquiétant sur le pare-brise. Résultat : 86$ pour s’être garé entre 16h et 18h30 à un endroit interdit durant ces heures (Youplaoup !). Moral : -50%.

11h30 – Première visite de voiture de la journée. Le vendeur, un expatrié polonais rentrant dans son pays nous explique via une interprète que la voiture est très bien. « Il faut simplement, mais c’est pas grave, rajouter du liquide de direction tous les 50 kilomètres car il y a une petite fuite ». À cela s’ajoute le fait que les sièges ne se rabattent pas, et nous décidons rapidement d’éliminer cette voiture.

13h – Deuxième rendez-vous de la journée à une vingtaine de kilomètres à l’est de Montréal. Le vendeur, Raynald est un jeune belge qui termine son PVT passé en grande partie en Colombie-Britannique où il a acheté sa Dodge Caravan. La voiture est toute équipée pour un road-trip. Il a retiré les deux rangées de sièges à l’arrière et aménagé un cadre de lit avec espace de rangement sous le sommier. Il donne aussi un bidon d’eau et un bidon d’essence, une glacière et le pass pour les parcs nationaux américains. Après un petit tour dans le quartier, nous sommes conquis, et le prix du véhicule (1200$) achève de nous convaincre. Nous appelons un garage préalablement contacté pour procéder à une inspection complète du véhicule (100$). Une heure après, le verdict tombe. La voiture est en bon état général mais certaines pièces sont à changer pour garantir la sécurité (1000$ de réparation). Le vendeur accepte de baisser son prix et nous décidons de conclure la vente et de faire les travaux chez le garagiste le surlendemain, après la Saint-Jean. Moral : +50%.

 

Inspection du Dodge Caravan de raynald

16h30 – Nous devons encore nous rendre avec Raynald à la SAAQ, l’administration qui s’occupe des ventes de véhicules d’occasion. Le bureau de Longueuil est ouvert jusqu’à 17h et nous décidons de nous y rendre immédiatement. S’ensuit une course contre la montre haletante et nous arrivons tous les trois quelques minutes avant la fermeture des portes. Après examen des papiers du véhicule, la fonctionnaire nous explique que la voiture étant immatriculée dans une autre province (Colombie-Britannique), nous ne pouvons l’immatriculer au Québec, et donc l’acheter, sans lui faire passer une série de contrôles officiels. Moral : -70%.

17h30 – Nous nous mettons d’accord avec Raynald pour se rappeler après s’être renseignés et avoir réfléchi à la suite à donner aux opérations.

Troisième journée assez difficile pour nous. Après mûre réflexion et à contrecœur, nous décidons d’abandonner le Dodge Caravan de Raynald… Pour avoir une vraie chance de passer les contrôles, il faudrait en effet effectuer les travaux, sans que cela ne garantisse rien. Le coût de la voiture après travaux et formalités administratives ne la rend plus trop avantageuse et le risque de se retrouver le bec dans l’eau après avoir investi beaucoup d’argent est trop important.

Après un coup de téléphone à Carmen, le moral un peu dans les chaussettes, nous décidons de quitter Montréal pour reprendre des forces entre amis à Québec.

Petit récapitulatif émotionnel de ces tout premiers jours

échelle du moral

2018-07-29T09:12:49+00:00

Leave A Comment