Ascension de l’Etna par le Sud

/Ascension de l’Etna par le Sud

Ascension de l’Etna par le Sud

– Lundi 4 mai 2015 –

Ascension de l’Etna jusqu’à 3000 mètres et les cratères de 2001-2002. Actuellement, et en raison de l’activité du volcan, les cratères sommitaux (3300-3350 mètres) sont strictement interdits, même avec guide.

Depuis Linguaglossa, nous prenons la route qui contourne l’Etna par l’Est, puis depuis Zafferana Etnea, nous montons jusqu’à Sapienza à 1900 mètres sur la face Sud du volcan.

Arrivés un peu avant 9h, nous garons la voiture au parking situé juste au dessous des télécabines (gratuit contrairement au plus grand situé un peu plus bas).

  

Nous entamons la montée à pied depuis Sapienza en empruntant d’abord la route en terre située à droite du départ des télécabines, puis en coupant tout droit à travers de vielles coulées de lave, en restant plus ou moins près du téléphérique.

Nous sommes absolument seuls à monter à pied alors que les télécabines sont bien pleines.

La montée est pourtant sans danger, comme nous l’a confirmé un guide à Sapienza, et assez rapide (environ 2 heures jusqu’à l’arrivée du téléphérique à 2500 mètres.)

  

Ça monte tout de même sévère (près de 50% par endroits) et les 150 ou 200 derniers mètres de dénivelé se font quasiment entièrement dans la neige (début mai).

Il est possible et certainement plus facile (mais peut-être moins sympa) de faire toute la montée sur la route de terre jusqu’à 2500.

    

Après deux heures d’effort assez intense, nous découvrons à 2500 un drôle d’environnement.

Énormément de monde débarqué tout frais des télécabines, un magasin de souvenirs proposant des pierres de lave Made in China et une file d’attente pour monter dans les bus 4×4 qui, toutes les 5 ou 10 minutes environ, conduisent les touristes jusqu’à 2900 mètres.

  

Nous continuons notre ascension à pied. Cette fois nous ne sommes plus seuls. 5 à 10% des gens arrivés en téléphérique jusqu’à 2500 choisissent de poursuivre sur deux jambes.

Nous empruntons d’abord la route des bus découpée dans plusieurs mètres de neige jusqu’à atteindre un plateau où nous nous en écartons et suivons quelque temps un groupe de français avec guide.

 

On commence à sentir nettement l’odeur de souffre dégagée par les cratères fumants.

  

Panorama sur la Vallée du Boeuf (au centre et à droite).

  

Nous attaquons la dernière et plus difficile partie de l’ascension (en tout cas par là où nous sommes passés). Le vent devient très fort et le sol instable. On s’enfonce dans une sorte de sable épais et des pierres plus ou moins grosses dévalent la pente sous les pas des grimpeurs qui nous précèdent.

  

Nous finissons par arriver vers 13h, non sans épreuves, au sommet des cratères de 2001-2002, à un peu moins de 3000 mètres d’altitude, l’endroit le plus haut où l’on peut – légalement – aller sur l’Etna.

Nous avons mis environ 2 heures depuis 2500 et 4 heures en tout depuis Sapienza.

On découvre un magnifique panorama sur les cratères de 3300 et sur toute la région.

  

Nous faisons le tour des deux cratères.

  

Le sol est par endroits assez chaud et quelques fumerolles s’échappent encore.

  

Après une heure passée au « sommet », nous commençons notre descente par un « chemin » situé côté est, à peu près entre les deux cratères.

S’il est compliqué de monter sur ce genre de terrain, c’est en revanche un bonheur à descendre. On a un peu l’impression de marcher sur la Lune.

Nous retrouvons nos amis polonais avec qui nous avions fraternisé sur le Chemin des Braves, lors de l’ultime épreuve de l’ascension des cratères.

  

Après le téléphérique, nous sommes de nouveau seuls et nous terminons la descente en suivant la route de terre. Descente très rapide (environ 2 heures de 3000 à 1900).

  

Nous reprenons la voiture pour descendre vers Nicolosi et rentrer à Linguaglossa en contournant l’Etna par l’Ouest.

À gauche, une maison qui était construite au mauvais endroit…

Au centre, la face Ouest de l’Etna.

By |2018-07-26T08:28:56+00:00mai 10th, 2015|Sicile|0 Comments

Leave A Comment