Ascension du Bobotov Kuk

 

Arrivée dans le massif du Durmitor, à Zabljak notre village pour quelques jours.

Tour du lac noir en guise de mise en jambes et de repérage en prévision de l’ascension du Bobotov Kuk, 2528 mètres, sommet du Durmitor. (On peut le deviner au loin – entre le mont au dessus de nos têtes et les 3 sommets moyens à droite de la photo).

 

Le lendemain, Ryke le taxi driver nous dépose au col du Sedlo à 1900 mètres d’où nous commençons notre ascension sous un soleil magnifique.

  

Apres une heure la neige apparaît.

 

Et la grimpette s’accentue!

  

  

Passage de neige un peu inquiétant, promettant une belle et longue glissade aux imprudents. Une paire de crampons pour deux et une technique de fixation improvisée.

       

La montée se fait escalade vers la fin. Le chemin balisé étant le plus souvent recouvert de neige, nous préférons trouver notre propre voie.

Vue époustouflante et méritée depuis le sommet que nous atteignons vers midi. Nous laissons trace de notre passage dans le carnet des glorieux (dans la valise en fer fixée au sommet).

Zabljak et le lac noir où nous devons rentrer semblent bien loin.

   

Sur conseil d’un guide de montagne rencontré après quelques verres dans notre camp (alias « easy easy no problem » ou encore « le Popeye des Balkans ») nous descendons par un autre chemin, face Nord. Cette route « un peu plus longue et un peu plus compliquée » d’après Popeye est censée nous ramener au camp en 6 ou 7h.

   

Mais la descente s’avère en fait beaucoup plus difficile et périlleuse… Plus de 4 heures nous sont nécessaires pour atteindre le premier replat 3 ou 400 mètres plus bas. Le chemin balisé est perdu sous un névé et nous devons improviser de nouvelles routes dans le pierrier géant à mesure que nous progressons.

Bobotov Kuk sur la droite.

A cela s’ajoute le manque d’eau… Bouteilles désespérément vides… Une source est bien indiquée par des signes sur des rochers… mais elle est de l’autre côté du névé à 60%…

  

Nous devons donc sucer des glaçons pour au moins calmer la sensation de soif…

Après 5 ou 6h de neige fondue, apercevant au loin une bergerie, l’on se dit qu’on payerait cher pour n’importe quoi de buvable !… Le berger vend effectivement à boire… mais seulement de la bière. Son plateau servant de lieu de bivouac à quelques randonneurs, il a saisi l’occasion pour diversifier son activité…

La source d’eau qu’il nous indique se trouvant à 15 minutes en contrebas à l’opposée de notre direction, nous décidons de prendre 2 bières. Bizarrement, en cas de déshydratation relativement avancée, la bière a vraiment très très mauvais goût et nous devons nous forcer pour boire gorgée après gorgée.

Une faute d’aiguillage nous fait ensuite perdre entre 1h30 et 2h et le crépuscule approchant, nous provoque la plus grosse frayeur de la journée (l’on se rappelle alors les lignes vantant la faune riche et préservée du Durmitor, ses ours, ses loups…). Un instinct prend alors le relais et les jambes paraissent neuves à nouveau. Nous faisons demi-tour, retrouvons le bon chemin, et regagnons Zabljak vers 22H, à la lampe torche.

L’insouciance du camp est déconcertante. Seul, Ryke notre chauffeur semble comprendre d’où nous revenons et offre du gâteau en signe de compassion.

Inoubliable et fantastique aventure!

2018-08-06T20:33:16+00:00

2 Comments

  1. Maurice Coco 7 août 2018 at 8:06 - Reply

    Bonjour. Je viens de lire votre « périple » concernant l’ascension du BOBOTOV KUK. Je prévois cette randonnée dans une vingtaine de jours mais notre arrivée et départ se situe à Zabjlak. J’ai lu dans d’autres articles que cela se fait en 11h A/R. Que pensez vous de cet estimatif? En aout, je suppose qu’il n’y a plus de neige sur le parcours rassurez moi! Concernant le tarrain, s’agit-il d’une montée pure ou d’une succession de montées et de descentes? Vous dites être arrivés à 12H au sommet mais à quelle heure avez-vous débuté votre parcours depuis Sedlo?
    Merci d’avance pour vos réponses!

    • Vaguamonde 7 août 2018 at 8:23 - Reply

      Bonjour Maurice et merci pour ton message.
      Comme expliqué dans l’article, nous avions pris un taxi depuis Zabljak jusqu’au col de Sedlo. C’est ce que je conseille car cela permet de faire la traversée complète du Bobotov Kuk et donc d’avoir une plus grande variété de paysages et de terrains. Aussi cela permet de réduire pas mal la journée car le col de Sedlo est plus haut et moins loin du sommet que Zabljak donc permet de gagner au moins 2 heures je pense. En plus le taxi n’est pas vraiment cher (une dizaine d’euros si je me souviens bien).
      Concernant le terrain, dans mon souvenir c’est vraiment : montée jusqu’au sommet (la fin étant assez technique) puis longue descente (le début étant assez technique).
      Concernant le timing. Dans le cas de la traversée par le col de Sedlo, je pense qu’il faut compter minimum 7-8 heures pour un bon randonneur. Et donc je pense qu’il faut rajouter entre 2 ou 3 heures en faisant l’aller-retour depuis Zabljak. Dans tous les cas je te conseille de partir dès le lever du soleil pour avoir une belle marge de sécurité. Dans notre cas nous avions dû commencer depus Sedlo entre 8 et 9 heures.
      Concernant la neige, je pense qu’en août tu ne devrais pas avoir de problème.
      Aussi comme indiqué dans l’article, je conseille de prendre beaucoup d’eau car la randonnée est assez exigeante et de notre côté, nous n’avions pas réussi à trouver une source pour se réapprovisionner
      Voilà, j’espère avoir pu t’aider un peu. Bon voyage !

Leave A Comment